LES IRIS: HISTOIRES D'IRIS

 

IRIS DE JARDIN: HISTOIRE et histoires
Historiques? Vieux? Anciens? Comment les appeler?

 

 

Iris_barbu_historique_Florentina    Iris_barbu_historique_Swertii       Carl_von_Linne       Iris_barbu_historique_Pseudocorus    Iris_barbu_historique_Pumila  

 

L'HISTOIRE des iris de jardin est une HISTOIRE à deux histoires, qu'ils soient "vieux", "anciens", "historiques" ou même "modernes": La premiére est celle des iris botaniques et la deuxième est celle des iris hybrides horticoles. Carl von Linneaeus dit Linné, naturaliste Suédois (1707-1778) en est la charnière. Il y a un avant et un après Linné...

Les Iris botaniques:
L'iris est réparti sur l'ensemble de l'hémisphère nord, Asie, Europe, Afrique du nord, et l'Amérique du nord.
A ce jour, le genre iris est représenté par 210 espèces toutes botaniques (naturelles). 
Quelques-unes sont connues et cultivées depuis des millénaires, principalement en Asie. Cultivées par division des souches ou par semis, l'hybridation ne pouvant être qu'accidentelle et naturelle.
Il a fallu attendre Carl von Linné pour avoir une reconnaissance, une classification botanique et scientifique (pour l'époque) de nombreuses espèces. La reproduction était toujours naturelle ou accidentelle. 

"En France, la culture de l'iris remonte, sans aucun doute,  à une époque assez lointaine. Ainsi, le parfum * de ses rhizomes, utilisé depuis des lustres pour le linge domestique, la beauté et l'étrangeté  de ses fleurs ont certainement contribués à sa présence et son essor au jardin.
Au 8e siècle, l'empereur Charlemagne prescrivait, déjà, la culture de l'iris à ses intendants. L'iris à cette époque s'appelait Gladiolus;  Olivier de Serres, en 1600, écrivait encore gladiole ou iris.
Les monuments de l'époque romane et du début de la période gothique montrent aussi de nombreuses représentations de la fleur.
En 1635, les jardins royaux de Charles V à Paris contenaient aussi des iris.
En déduire que les jardins du moyen-âge étaient déjà biens fleuris d'iris ne semble pas téméraire.
Il s'agissait vraisemblement d'espèces botaniques indigènes **  de l'Europe centrale (Iris florentina, Iris germanica, Iris pallida...)  et non de variétés horticoles  ***."
* Attention: TOUTES les parties de la plante sont toxiques
**
  espèces naturelles locales, sans interventions humaines 
***
variétés crées par l'homme

L'obtention d'iris par semis était déjà pratiquée avant 1600. Le botaniste Flamand Charles de l'Ecluse, publia en 1601 sa Raromium plantarum historia dans laquelle étaient décrits 28 grands iris barbus.

Le 19e siècle est le véritable départ du développement des variétés horticoles françaises:

Durant cette période, 3 Français se distinguèrent: de Bure, Jacques et Lémon.
Si de Bure ne créa aucun semis par hybridation Jacques, jardinier en chef du domaine de Neuilly commença à obtenirdes semis d'iris avant 1830, qu'il distribua à des horticulteurs et des amateurs sans noter la description ou le nom des variétés distribuées.. On suppose que les variétés citées par Lémon comme existentes lorsqu'il commença à faire des semis provenaient de Jacques.
C'est grâce à Lémon, que les grands iris barbus, connus alors sous le nom collectif d'iris Germanica devinrent des plantes recherchées.. En 1854 sur une liste publiée par Lémon de 154 variétes différentes apparait la célèbre variété "Madame Chéreau".
Outre les 3 français on peut citer Louis Van Houtte (Belgique), Victor et Eugène Verdier (France) et John Salters (Angleterre) qui proposèrent des variétés qui firent la renommée de leur pépinière.

Après la guerre Franco-prussienne de 1871, l'intérêt pour les iris décline sur le continent Européen. Les journeaux spécialisés n'en parle plus et jusqu'en 1905 aucune variété nouvelle n'apparait dans les catalogues.

De 1900 à 1939, une nouvelle ère s'ouvre avec l'introduction d'espèces à grandes fleurs. De nombreux hybrides français marquent la suprêmatie des hybrideurs français Vilmorin, Millet, Denis, F.Cayeux...avec des variétés telles que Ambassadeur, Souvenir de Madame Gaudicheau, Pluie d'or, Florentine...

A la pointe du progrès jusqu'en 1939, les hybrideurs français se voient rapidement dépassés par les Américains qui hybrident en quantité et qualité des iris barbus.
Dès 1946 Jean Cayeux commença à hybrider. De 1948 à 1978 il est le seul Français à créer des variété dont la valeur est reconnu aussi bien en France qu'à l'étranger. A partir de 1978 un nouvel hybrideur françaisen la personne de Pierre Anfosso dont les hybridations traversent l'atlantique...
D' autres hybrideurs français sont aussi récompensés L. Ransom, Ségui..."

Pour la rédaction de cette rubrique nous nous sommes appuyés sur une publication de la SFIB   Richard Cayeux, Histoire des Iris Français.   Hommes & Plantes n°33 (2000)  Pour l'intégralité du texte voir l'article pubblié par la Sociète Française des Iris et Bulbeuses( SFIB   

 IRIS HYBRIDES HISTORIQUES

 

 

Iris_barbu_historique_Flavescens      Iris_barbu_historique_Gracchus      Iris_barbu_historique_Ambassadeur      Iris_barbu_historique_Cameliard 

Les iris de jardin hybrides enregistrés ou introduits depuis plus de 30 ans sont réputés être des iris historiques. Ceux qui ont survecu à cette période sont en général considérés comme parmi les plus résistants. Les plus anciens connus remontent au début du 19e siècle.
Les amateurs d'iris historiques les utilisent pour fleurir des maisons anciennes, restaurer des jardins, des parcs et des jardins de curés, ou tout simplement apprécient leur sobriété florale...

Beaucoup d'amateurs d'iris modernes se focalisent sur la mode de la "dernière tendance", ce qui à pour inconvenient le retrait de leur catalogue par les producteurs des variétés à peine agées de 10 à 15 ans. Il est cependant intéressant de noter de plus en plus, l'intérêt du public pour les iris anciens.